adidas adipure gazelle, ma review complète

Si runners.fr a publié ici en début de semaine le retour de ses quatre testeurs, je tenais tout de même à faire paraitre sur mon blog l’intégralité de mon avis sur cette paire de chaussures après la séance photos que je lui avais déjà imposée. En l’espace de trois semaines, ce sont environ 150 kilomètres que j’ai fait avaler à cette paire d’adidas adiPure gazelle que j’ai tenu à éprouver dans des contextes aussi variés que le bitume parisien, le tartan de ma piste préférée ou même certains chemins du bois de Vincennes.

Au-delà de son look presque futuriste qui n’est pas pour me déplaire avec cette alliance de bleus turquoise et électrique, ces trois bandes gris métallisé et ces savantes petites touches de rouge orangé, c’est surtout son comportement dans les conditions citées qui a capté toute mon attention.

Question confort, la gazelle s’enfile comme un chausson sur lesquelles les trois bandes caractéristiques de la marque allemande sont en partie cousues à la base puis désolidarisées au niveau du laçage. Ce système confère au pied un excellent maintien. La toebox est spacieuse, ce qui au premier abord me procure quelques craintes pour mon pied étroit. Elle n’est absolument pas contraignante et semble s’adapter à ma particularité. Le mesh est très souple et semble peu aéré au premier abord. Ainsi chaussé, j’ai eu le sentiment qu’il n’était pas nécessaire de choisir une pointure bien supérieure à sa pointure de référence. Mon pied que j’équipe d’un 42 à la ville s’est senti parfaitement à l’aise dans ce 42 2/3.

Sur le terrain, son drop annoncé de 7 millimètres, loin d’un drop nul, et son poids plume de 180 grammes confirment tout de même que nous ne sommes pas en présence d’une chaussure conventionnelle, sans toutefois verser dans le minimalisme pur et dur. Il convient néanmoins de se montrer prudent si l’on a l’habitude d’évoluer avec un modèle classique où l’amorti du talon prévaut souvent. Rien de tel ici, la géométrie de la gazelle implique une foulée sur le médio-pied.  Une fois la technique maitrisée, courir avec ce type de chaussure devient un véritable plaisir. Sa légèreté et sa flexibilité font merveille et aident un pied près du sol à développer une foulée d’un dynamisme certain.

Portée lors de mes footings citadins parfois rapides, la gazelle s’est révélée très agile et jamais prise en défaut sur les changements de direction un peu brusques inhérents à ce type de sortie, démontrant ainsi des qualités évidentes de stabilité. Sur la piste, elle sait filer à belle allure mais il conviendra de rester souple avec l’attaque du sol quand la vitesse s’élève. Sur les chemins elle montre ses limites mais sa conception ne va pas de pair avec un tel environnement. Enfin, le mesh et sa matière originale dont je ne savais pas trop quoi penser s’est avéré confortable à l’usage, ni trop perméable, ni trop imperméable, à l’air et à l’eau. J’ai en effet eu l’occasion de courir sous une pluie battante sans constater de dérobades intempestives comme c’est parfois le cas sur des trottoirs glissants. La chaussure ne s’est pas non plus gorgée d’eau et mes pieds sont raisonnablement restés au sec.

Au niveau de l’usure, on imagine aisément que ce type de chaussure ne survivra pas à plus d’un an de pratique voire beaucoup moins selon la fréquence des sorties. Au bout de 150 kilomètres l’extérieur avant de la semelle commence à se lisser.

Je ne fais pas du zéro drop un objectif incontournable dans ma pratique de la course à pied et j’ai pris beaucoup de plaisir en courant avec ces gazelle qui sont autant à conseiller aux coureurs dans le même état d’esprit que le mien qu’à des coureurs qui cherchent une chaussure de transition vers le « vrai » minimalisme. Je n’ai pas non plus l’intention d’emmener cette chaussure sur des distances supérieures au semi-marathon en course mais l’envisage surtout comme la compagne idéale de tous mes exercices sur route en dessous de celle-ci.

About these ads

8 réflexions sur “adidas adipure gazelle, ma review complète

  1. Bonsoir
    Coureur depuis 3ans sur 10kms avec la chaussure Nike lunaracer et lunaracer+2.
    J ai beaucoup entendu parlé de la « gazelle » (en bien) et hésite encore à quitter mes lunaracer.
    Avez vous avis de comparaison à me donner
    Je pèse 69kilos pour 176cm
    Cordialement Ludo

    • Bonjour, je ne connais pas bien les modèles de Nike mais j’ai envie de te donner le conseil de continuer à courir avec sur tes courses de 10km. Et d’éventuellement acquérir les gazelle pour les footings de travail de la foulée et éventuellement quelques séances sur piste. J’ai couru 2 fois sur 10k avec les gazelle et je pense que j’aurais été plus performant avec une chaussures un peu moins proche du sol. Je trouve que la gazelle manque un peu de relance. Je ne cours plus avec en compétition mais je continue à beaucoup apprécier courir avec.

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s