Semi-marathon des lions 2012, pour rugir de plaisir

Quand Patrick avait lancé l’invitation à la runnosphère de venir participer au semi-marathon des lions à Rueil Malmaison, je n’avais pas hésité une seule seconde à répondre favorablement, avant même d’en connaitre la date. Je suis tellement friand de nos rassemblements sur des courses qu’il m’avait paru évident que ma présence s’imposait. En y regardant d’un peu plus près, constater que ce semi-marathon était organisé moins d’une semaine avant l’éco trail de Paris qui a lieu un samedi, n’avait point refroidi mon ardeur. J’avais bien des ambitions chronométriques sur cette distance mais j’avais jeté mon dévolu sur le semi-marathon de Paris, deux semaines plus tôt pour les atteindre, et j’avais réussi. Par conséquent, ce nouveau semi allait jouer à merveille le rôle pas du tout secondaire de dernière sortie "semi-longue" à six jours de l’échéance majeure de ce début d’année que constitue l’éco trail.

C’est donc le coeur léger et le mollet affûté (ou l’inverse) que je me suis rendu au départ de cette course, accompagné de Greg. En plus de nous deux, quatre autres membres de la runnosphère ont répondu présents à l’appel de Patrick. Chacun dans un esprit différent. Il y a Kejaj, qui est venu travailler son allure marathon à quatre semaines de sa première participation sur cette distance mythique, à Paris. Il y a Giao qui enchaine son troisième semi-marathon en trois semaines et qui sera comme moi au départ de l’éco trail le samedi suivant. Il est venu épauler un ami. Anne-Sophie revient quant à elle sur ses terres pour une course de reprise. Greg, également en pleine préparation au marathon de Paris a proposé à Julien, le "régional de l’étape" ses services de pot de nutella lièvre pour l’aider à battre un record qui n’est plus en phase avec ses capacités actuelles.

Le rituel d’avant course est plus détendu qu’à l’accoutumée. Je ne ressens à aucun moment ce besoin de me replier dans ma bulle pour penser ma course. La matinée s’annonce ludique. J’ai prévu de partir sur un rythme de sénateur de 5 minutes par kilomètre. L’exercice est plus difficile qu’il n’y parait au milieu de 2000 coureurs venus en découdre avec le chronomètre. C’est pourtant ce que je réussis à faire sur le premier, aidé finalement par le surnombre de coureurs assez lents devant moi. J’emmène avec moi le bidon Simple hydration fourni par Nicolas. J’ai enfin trouvé l’occasion idéale de tester ce produit révolutionnaire, j’en reparlerai, en bien.

Rapidement et sans même que je m’en aperçoive, emporté par le flux, mon allure augmente. Elle augmente même sensiblement. A aucun moment cependant je n’en fais les frais. Je me contente de suivre tout en profitant des encouragements des nombreux badauds sur le bord d’un parcours composé de deux boucles qui offre donc de multiples passages de coureurs aux spectateurs présents. Les kilomètres défilent et à cette allure relativement soutenue, je conclue d’après un rapide calcul que Greg et Julien que j’ai sagement laissé filer devant ne doivent finalement pas se trouver si loin de ma position. Je ne crois pas si bien dire quand j’aperçois au loin deux R blancs sur le maillot rouge de la runnosphère après le 14ème kilomètre. Je reviens sur eux au train, sans savoir dans quel état se trouve Julien qui se bat pour un nouveau record. La réponse à mon interrogation ne tarde pas quand à ma grande stupeur je vois Julien se ranger sur le bas côté. Je m’approche discrètement et demande des nouvelles à Greg. Il reste 6 bons kilomètres à parcourir et le duo est dans les temps, sur les bases de 1h32′, voire moins. Le temps d’obtenir cette réponse et le duo, devenu trio est déjà reparti de plus belle.

Greg, Philippe, Julien (**)

J’oublie dès lors la tactique qui était la mienne pour tenter d’apporter un peu de soutien à Julien par ma simple présence. Pour avoir déjà vécu ce genre de situation, je sais qu’il peut être précieux pour un coureur en difficulté de se sentir un peu tiré vers l’avant. Je continue de me faire discret et laisse Greg terminer le boulot qu’il avait entamé. Ce n’est que dans le dernier kilomètre, lors de la longue dernière ligne droite que je donne un peu de la voix afin de lancer le sprint vers l’arrivée toute proche. Je suis tellement ravi de voir que l’objectif est en passe d’être atteint que j’ai l’impression de courir pour mon propre record. 1 heure 32 minutes et quelques secondes. Voilà un joli temps final !

La runnosphère et Patrick après l'arrivée de la course.

J’étais venu avec la crainte de m’ennuyer un peu pendant 1h45′ et je me retrouve à franchir la ligne d’arrivée dans la même seconde que mes 2 camarades et dans un état de fraicheur étonnant.

Une jolie façon de faire le plein de confiance et d’envie avant cette balade de 80 kilomètres dans les forêts du sud de Paris. Place à l’opération "objectif Tour Eiffel" !

(**) Crédit photo course : ca_potier

About these ads

17 réflexions sur “Semi-marathon des lions 2012, pour rugir de plaisir

      • oui c’était tranquille. Limite bucolique en bords de Seine :)
        M’enfin heureusement que j’étais déjà venu parce qu’avec mes 2 flèches, j’ai pas eu vraiment le temps de regarder la paysage.
        En fait je ne me rappelle pas du tout ces 4km entre mon coup de pompe et le ravito du 19ième !

        • C’est peut être mieux comme ça. Parce que même si j’ai pas envie de le dénoncer Greg en a quand même profité pour te lancer quelques noms d’oiseaux bien sentis !

  1. Ping : Mon semi-marathon de Rueil-Malmaison | Greg Runner

  2. a ce rythme là, tu vas vite grimper les étages de la tour eiffel :)

    C’est cool cette motivation pour aider Julien à battre son record. L’esprit R était là !

  3. Merci encore pour le soutien !
    La voiture balai a été très efficace même si après coup les photos dégagent encore ta sensation de facilité un peu énervante ;)

    Je suis content que la balade rueilloise t’es plu et que l’on pourra remettre ça sur un rythme plus adapté à la discussion quand tu seras redescendu de la Tour Eiffel !

  4. Ping : Runnosphere.org - Les lions dans l’arène:Semi-Marathon de Rueil-Malmaison

  5. Ping : Semi-Marathon de Rueil 2012 : compte rendu - Mangeur de Cailloux

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s