Les foulées du 8ème : La revanche

Les Foulées du 8ème 2013 auront lieu le 27 Janvier. Le parcours reste inchangé.
Il n’y aura qu’une seule course adulte, un 10km et pas de 5km.

J’avais commencé à y penser depuis quelques semaines déjà et coché dans mon calendrier d’une croix orange ce dimanche 29 janvier, date des foulées du 8ème. J’avais une revanche à prendre avec Friedland. Non pas la ville, mais l’avenue qui porte son nom et qui relie en un long faux plat montant une des extrémités du boulevard Haussmann à la place Charles de Gaulle. Et malgré une erreur d’aiguillage en tout début de parcours, je crois pouvoir dire que cette revanche, je l’ai obtenue.

Comme l’an dernier, des meneurs d’allure ont été désignés pour emmener les coureurs. Un rôle compliqué, difficile à remplir à moins d’en avoir déjà une expérience certaine. L’an dernier, j’avais gentiment raillé Romain qui avait fort bien rempli sa tâche et sur qui j’avais compté pour rallier l’arrivée en 40 minutes, échouant finalement de quelques secondes. Cette année, l’idée était de garder en point de mire Mohamed, meneur désigné en 38 minutes. Malheureusement, une erreur d’aiguillage incompréhensible dès le début de la course (et qui amputera la course de 200 mètres au final) l’a rapidement complètement désorganisé. Au point de le voir faire demi-tour sur quelques mètres au 6ème kilomètre pour permettre à quelques coureurs esseulés dont j’étais de raccrocher le wagon.

Un peu plus tôt, dans l’aire de départ, la runnosphère tente de se réchauffer, impatiente d’en découdre avec le chronomètre. Je me tiens aux côtés de Salvio qui affiche une belle forme. Bastien et Nicolas sont juste derrière. Franck, fraichement débarqué de Nouvelle-Zélande, deux rangées devant nous en compagnie d’Adrien, un coureur des étoiles du 8ème à surveiller de près.

Le départ est rapide, mais sur 10 kilomètres chaque seconde compte. Je suis surpris par la vélocité de Salvio dont le départ en trombe dans une rue étroite (pas empruntée en 2011, ce qui me parait étrange) me laisse une bonne centaine de mètres derrière pendant les trois premiers kilomètres de course ! Sans m’affoler je reviens au train sur lui. L’allure est élevée dans cette succession de faux plats montants et descendants. A plus de 15 km/h nous filons déjà vers la fin de la première boucle. A l’approche du 6ème kilomètre, juste après l’épisode du demi-tour de Mohamed, je reviens, une nouvelle fois au train, sur Adrien. Salvio navigue à quelques secondes derrière le duo que je vais former quelques temps avec Adrien. L’allure faiblit quelque peu durant ce 6ème kilomètre qui comprend la remontée de l’avenue de Friedland. Le 7ème est l’occasion de rassembler les ressources encore disponibles. Je constate avec plaisir qu’elles sont nombreuses et j’en avale goulûment les mille mètres en 3’42 ». Le meneur d’allure est toujours derrière, je commence à croire à l’exploit. D’autant plus que le nouveau faux plat montant qui nous ramène vers la station de métro Villiers est parfaitement (ou presque) maitrisé. Reste alors à dérouler dans le dernier kilomètre, globalement descendant. Le chronomètre officiel de la course affiche 37’31 » à mon passage sous l’arche d’arrivée. Bref moment d’euphorie avant de me rendre compte que le parcours emprunté en début de course n’était effectivement pas celui prévu et que la distance parcourue au final est inférieure de 200 mètres environ à la distance cible. De nombreux coureurs sont étonnés de leur performance du jour, ce qui semble confirmer la bévue. Mon record personnel tombe tout de même quoiqu’il arrive, mais sans doute en un peu plus de 38 minutes avec une belle 54ème place.

Cette course à laquelle j’ai participé pour la deuxième année consécutive avec grand plaisir offre un parcours que je trouve intéressant. Une organisation sans faille (on ne peut rien contre l’impatience de certains automobilistes du dimanche coincés quelques minutes à un carrefour) ajoute sans aucun doute à l’envie que j’aurai d’y revenir en 2013.

Trop beau pour être complètement vrai

 

About these ads

36 réflexions sur “Les foulées du 8ème : La revanche

  1. Vraiment une belle performance Philippe ! C’est malheureux pour le 200 mètres en moins mais peu importe, tu as démontré être en grande forme.

    1. Merci l’Ice Trail de dimanche dernier. Voilà c’est dit. Je vais devenir un coureur polyvalent. On t’attend sur un 10k parisien cet été ;)

  2. Bravo à toi Philippe :-) quand on (salvio&moi) te dit que tu es en super forme depuis quelques mois ;-)

    Je ferai une prepa spécifique pour ce 10km l année prochaine en espérant vous rejoindre dans le club particulier des moins de 40 sur 10km.

    1. Merci JP. Je ne serai pas à Vincennes après mes 2 courses en 2 we. De plus j’ai une reco eco trail qui m’attend samedi. En revanche je serai sur 15k le 12 février à Charenton en prévision du semi de Paris

  3. Bravo Philippe, en route vers des chronos encore meilleurs !
    Oui, je confirme l’erreur d’aiguillage au début. Grosse surprise quand je vois la tête de course aller tout droit au lieu de tourner à gauche le long de l’église. Confirmation immédiate à la borne du premier kilomètre où je vois 2’48 sur ma montre !
    J’ai discuté un peu avec les premiers après la course qui me disaient qu’ils n’étaient pas contents car les aiguilleurs manquaient ou ne les dirigeaient pas suffisamment; plusieurs fois, ils ont hésité pour choisir leur route…
    Dommage pour la distance mais bravo pour ton record d’autant plus que le parcours n’est pas vraiment plat.

    1. Merci Jean-Charles ! Je suis toujours épaté par ta constance à figurer dans le haut du classement ! Concernant le signalement aux carrefours j’ai aussi assisté à quelques passages limite avec les voitures qu’on laissait passer entre 2 grappes de coureurs. Il faut dire que cette course n’est pas organisée dans le quartier le plus calme de la capitale.

    1. Ahahah effectivement, voilà un plan bien original. C’est quand même incroyable ce qui est arrivé. Si la rue de la bienfaisance (!) n’avait jamais rejoint celle de Messine, je me demande bien ce qu’on aurait fait :)

  4. Bravo Philippe ! C’est un bon chrono à ce stade de la saison qui ne fait que commencer…en plus, je trouve qu’à ce niveau de chrono, on commence à se faire vraiment plaisir en courant :-)

    1. Merci Fabrice. Je rejoins ce que tu dis, même si l’effort a été forcément violent, j’ai moins subi que sur des courses au chrono plus modeste.

      1. dites donc les fusées, c’est pas parce qu’on se traîne à parcourir un dizaine de kilomètres en plus de 40 minutes qu’on se fait pas plaisir !

        Et puis si tu subis moins, c’est que t’en as gardé sous le pieds.
        et toc !

  5. Je me suis pas très bien exprimé. Très loin de moi l’idée d’affirmer que pour prendre du plaisir il faut courir à15,16… Je garde un excellent souvenir de mon premier 10 bornes à Pantin en 2010 bouclé autour de 43 minutes.
    En écrivant mon commentaire précédent je pensais surtout à la course réalisée sur le même parcours l’an dernier avec un moins bon chrono et au cours de laquelle j’avais eu l’impression de devoir m’employer beaucoup plus.

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s